Rendez-vous du 31/10 au 9/11 pour l’édition 2014…

Le rock, la pop music au sens large, comme toutes les formes d’art ou d’expression n’est qu’un continuum d’influences, de recyclages, d’air du temps, tout en se construisant aussi « contre ».  Simon Reynolds, célèbre critique anglais, dans son livre Retromania, avance l’idée que nous serions aujourd’hui arrivés à un stade qu’il nomme « rock de collectionneur ». Tout serait aujourd’hui trop référencé et codé. Toute forme de passion et de spontanéité disparaissant pour laisser place à un catalogue figé où il n‘y a qu’à se servir.
Il est vrai qu’aujourd’hui, les générations se rejoignent sur les mêmes artistes, dans un océan musical d’une créativité peu vivace. Il en sort évidemment des choses très belles mais notre curiosité et notre soif de découvertes font parfois subrepticement place à la lassitude. Pourtant tout n’est pas si simple et nous aimons à croire que nos passions musicales ne peuvent s’éteindre si facilement.

 C’est la raison de vivre d’un festival comme  les IndisciplinéEs qui remet son ouvrage sur le métier pour la huitième fois, en accueillant justement des personnages de la trempe de Colin Stetson, de Dominique A (complet) ou de Christophe et hors des carcans comme Young Fathers ou M O N E Y. Et puis aussi, peut-être qu’avec ce groupe, Fauve, adulé par une génération au moins, détesté par d’autres, tenons-nous enfin un de ces groupes qui bousculent, qui se contrefichent de leur place dans les rayonnages et dans l’histoire, et qui exprime avant tout, simplement, naïvement, ses frustrations, ses aspirations. L’essence du rock des origines en fait.

Bon festival !

Vous aimez ? Partagez !
Facebook Twitter Email

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

New Noise